Les désorientés – Amin Maalouf

les-desorientes-amin-maalouf

Comme je vous l’avais confié dans mon article consacré à « l’amour de soi« , je n’ai pas lu un seul livre en 2020. J’ai bien essayé mais le confinement m’a fait perdre toute concentration à ce niveau. Le dernier livre lu et partagé ici date donc d’octobre 2019 et était « La fille du train« . Aujourd’hui, je vous reviens super contente avec une nouvelle lecture bien différente de la précédente ; « Les désorientés » d’Amin Maalouf, membre de l’Académie Française et gagnant du Prix Goncourt en 1993.

les-desorientes-amin-maalouf

Les désorientés, de quoi ça parle ? 


Les désorientés raconte l’histoire d’Adam, immigré à Paris depuis 40 ans, qui revient dans son pays d’origine suite à la mort d’un de ses anciens amis proches. C’est l’occasion pour lui de renouer avec son pays natal, ses origines et de reprendre contact avec sa bande d’amis d’enfance et d’adolescence afin d’organiser une réunion de retrouvailles.

Ce que j’ai pensé du livre « Les désorientés » d’Amin Maalouf


Pour une première relecture, j’ai été plus que conquise par ce roman de vie, rempli de réflexions et de poésie. Le roman tend à faire réfléchir le lecteur sur les religions, qu’elles quelles soient, les guerres du Moyen-Orient, le temps qui passe et l’amitié et ce, sans jamais qu’Amin Maalouf ne fasse transparaître son propre avis et/ou ne nous influence sur le nôtre.

Dans « Les désorientés », on ne cite jamais le pays d’où vient Adam mais les indices sont nombreux et il s’agit sans aucun doute du Liban, pays d’origine de l’auteur. Grâce à ce roman, j’en ai beaucoup appris sur ce pays, son histoire et sa guerre civile, toile de fond de l’histoire.

J’ai beaucoup apprécié la structure narrative du roman, séparée en deux phases, à savoir : une phase purement narrative où les évènements sont décrits à la troisième personne et une phase qui retrace les notes et le journal intime d’Adam durant son séjour au pays. Grâce à cela, le lecteur a constamment deux perspectives et peut se plonger plus profondément dans certains évènements du passé ayant une influence sur la préparation de la rencontre entre ces vieux amis.

En parlant de vieux amis, « Les désorientés » pousse la réflexion sur l’amitié et sur sa durée lorsque la majorité du groupe s’est dispersé aux quatre coins du monde à cause de la guerre. Est-ce que la guerre détruit aussi les relations ? Est-ce que la distance et la reconstruction sont des obstacles à l’amitié ? C’est aussi toutes ces questions que pose Amin Maalouf dans son livre.

Je n’avais jamais lu de roman de cet auteur auparavant et c’est une très jolie découverte ! Pour moi, « Les désorientés » est un roman à tendance philosophique. Indéniablement, il nous pousse à la réflexion même si on ne s’y connait pas parfaitement sur les sujets traités. Non seulement le livre fait réfléchir mais il est adapté à tous puisque très facile à lire. Et c’est ce que j’ai davantage apprécié puisque ce roman prouve qu’il n’est pas nécessaire d’épiloguer trop longtemps ou d’utiliser des mots hors de portée de certains pour réflechir, être philosophe et prendre du recul sur des sujets sensibles tels que les guerres du Moyen-Orient, l’islamisme ou encore, le conflit israélo-palestinien.

Les désorientés d’Amin Maalouf m’a réconcilié avec la lecture et j’espère reprendre un bon rythme (ou du moins, un rythme tout court haha) cette année :).

Connaissez-vous « Les désorientés » ? Avez-vous déjà lu un roman d’Amin Maalouf ?

14 Replies to “Les désorientés – Amin Maalouf”

  1. Dernièrement j’ai lu le Thriller « l’inconnue du quai » j’ai adoré ! Chouette intrigue !

    1. Je ne connaissais pas du tout ce livre et je viens d’aller lire le 4ème de couverture, il a l’air vraiment pas mal ! 🙂

  2. Hello!
    Tu as l’air d’avoir fait une jolie trouvaille et c’est super si tu as pu te remettre à la lecture grâce à ce livre.
    Pour m’évader de cette pandemie, je ne lis que des comedies romantiques pour rêver et rire un peu 🙂
    Oui, ça doit sans doute faire partie de l’amour de soi, ça aussi. De la lecture, de l’évasion…

    1. Je lis rarement des comédies romantiques bizarrement, alors qu’au cinéma c’est un genre que j’aime bien !

  3. bonjour, comment vas tu? je crois que 2020 a été difficile pour les lecteurs, tout le monde n’arrivant pas à lire dans ce climat anxyogène. pour ma part, j’ai évité certains titres (j’en ai même abandonné deux, une première!) pour lire de choses plus légères ou qui vraiment me parlaient. passe un bon lundi et à bientôt!

    1. C’est sûr que ce contexte n’était pas propice à la concentration. Même en essayant, j’ai échoué ! J’espère que je suis bien repartie cette année 🙂

  4. Bonjour,
    J’ai l’impression que 2020 a été difficile pour beaucoup de lecteur. Personnellement, j’ai aussi du mal à m’y remettre.
    Merci pour cette découverte, je ne connaissais pas du tout cet auteur 🙂

    1. Je te le conseille vraiment 🙂

  5. Bonjour. Merci pour ce partage. J’ai eu moi aussi beaucoup de difficultés à lire en 2020 , alors que certains, pendant le confinement se sont jetés dans la lecture ….Pour en revenir à Amin Maalouf, auteur libanais (et pour l’anecdote , oncle du trompettiste Ibrahim maalouf 😉), j’avais beaucoup aimé le Rocher de Tanios . Ton article m’a convaincu de lire « les désorientés  » .

    1. Ah je ne savais pas du tout que son oncle était trompettiste ! 🙂 Et je ne connais pas non plus « Le rocher de Tanios » même si le nom du livre me dit vaguement quelque chose. Je vais me renseigner, merci beaucoup 🙂

  6. Hello,
    Je ne connaissais ni l’auteur ni le livre, mais ton résumé donne envie !
    Ca permet de voyager depuis son canapé 🙂

  7. Hello, je ne connais pas cet auteur ni le livre que tu as présenté ! Je lis rarement des petits livres comme ça, un peu poussé sur la réflexion. Dernièrement, j’ai lu « Max » de Sarah Cohen-Scali, qui parle du programme Lebensborn nazi. Sinon, je suis plutôt polar ou dystopies 😉

    1. Hello ! Je ne connais pas du tout le roman dont tu parles mais je viens d’aller lire le résumé et ça pourrait me plaire (même si ce programme est horrible, je n’en avais jamais entendu parler) ! J’aime beaucoup les polars aussi et le dernier auteur que j’aodre est Michel Bussi 🙂

  8. […] vous avoir parlé du roman « Les désorientés » en février dernier, je vous reviens avec un tout autre genre de lecture ; Les quatre accords […]

Répondre à Méli Annuler la réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.