Bodyguard.

bodyguard lavienmots

Aujourd’hui, je vais (encore) vous parler série sur le blog ! Il faut dire que depuis que j’ai Netflix (merci beau-papa !), je me laisse plus facilement tenter par une bonne série que par un film. D’autant que la plateforme de streaming a le chic pour nous mettre l’eau à la bouche avec ses bandes annonces ! C’est donc ainsi que j’ai découvert Bodyguard. J’ai fini la première saison de 6 petits épisodes il y a peu et j’avais envie de vous partager mon avis parce que finalement, je trouve qu’on a peu parlé de Bodyguard, contrairement à son acolyte Elite.

bodyguard lavienmots

Le speech


Après avoir évité un attentat dans un train, David Budd, ancien vétéran, devient chargé de la protection de la ministre de l’intérieur anglaise, Julia Montague. Entre politique, coups bas et terrorisme, comment Budd va s’intégrer dans ce monde impitoyable ?

Ce que j’en ai pensé


Je dois bien avouer que la politique et par conséquent, les séries et/ou films politiques, ne sont pas trop ma tasse de thé de base. Mais la bande annonce de Bodyguard ayant vraiment attiré toute mon attention, ma curiosité a pris le dessus.
Il ne s’agit pas seulement d’une série politique mais également d’une série d’action et d’intrigues.

La mise en scène est très méticuleuse et nous rapproche, dès le pilote, des personnages centraux. L’Angleterre est en danger, victime de terrorisme, certes, mais dès les premières minutes de la série, on comprend les blessures intérieures des personnages centraux. Jed Mercurio, le réalisateur, mélange à la perfection l’intimité et les affaires d’Etats, l’envers du décor et la communication publique en politique. C’est un véritable thriller haletant, une véritable critique du système politique mis en place.

Ce que j’ai préféré dans Bodyguard, c’est l’écart qu’il y a dans chacun des épisodes de 60 minutes, entre la finesse des dialogues et la violence des images. L’écriture du scénario met en avant la manipulation, la séduction (au sens politique et sensuel), la violence et les coups bas. Pour moi, c’est une véritable série de qualité, surtout en terme de dialogues, de montage et de prises de vue. Sans le vouloir, le spectateur s’imprègne dans l’imaginaire et le vécu des personnages. En plus d’avoir une dimension psychologique, Bodyguard dénonce les Etats mis en place et la lutte contre le terrorisme. C’est peut-être aussi grâce à sa thématique très actuelle que la série devient vite additive. Même si la politique n’est pas notre domaine de prédilection, nous sommes (malheureusement) tous obligés de se sentir concernés par les intérêts du gouvernement mis en place dans la série.

Vous l’aurez compris, j’ai dévoré cette première saison et attend avec impatience la deuxième ! C’est une série qui change un peu et qui, dans notre société actuelle, est très importante car très dénonciatrice (les politiques, les forces de l’ordre, les médias, tout le monde y passe), sans pour autant être moralisatrice. Elle mêle à la perfection la politique et le divertissement car malgré tout, le réalisateur prend un malin plaisir à ajouter quelques notes d’action et de très bon suspens. C’est aussi (et surtout, en fait) pour cela que j’ai aimé Bodyguard. Sans les notes de fiction et de thriller, je me serai très vite lassée.

Avez-vous regarder Bodyguard ? Qu’en avez-vous pensé ?

Leave a Reply