The imitation game.

Cela faisait bien longtemps que je voulais retourner au cinéma. A vrai dire, je pense sincèrement que je n’y étais plus retournée depuis le mois de décembre (oppression totale, c’est honteux !). Avec après parcouru les bandes annonces, je me suis décidée (avec mon amie, évidemment) à aller voir “The imitation game” avec (entre autres) Benedict Cumberbatch et Keira Knightley.

Le speechDurant la deuxième guerre mondiale, le mathématicien et cryptologue Alan Turing est engagé par le gouvernement britannique afin de décoder la machine Enigma mise en place par les allemands.

Ce que j’en ai pensé Premièrement, je voudrais quand même dire à tous mes professeurs d’histoire (s’ils passent par ici, sait-on jamais) que j’aimerais savoir pourquoi on ne nous a jamais parlé de ce génie lors de nos cours sur la 2ème guerre mondiale (sincèrement, si vous regardez le film ou un documentaire sur le même sujet, ce type a carrément été un élément clé pour la victoire de nos pays).

C’était la parenthèse coup de gueule et éducation. Parenthèse refermée, plongeons-nous sur le film !

En dehors du fait que ce soit un biopic (j’adore les films qui racontent la vie d’un Homme), ce film m’en a appris énormément sur une partie de notre Histoire, apparemment et malheureusement, mise de côté. Et en plus de m’informer, ce film m’a émue et amusée. Non seulement pour l’humour anglais qui est toujours très premier degré (j’adore le premier degré. Tout autant que le second, le troisième et toute la famille ! Je suis très bon public, j’avoue) mais aussi et surtout pour le cynisme du personnage d’Alan Turing ! Le genre de type qui t’insupporterait dans la vie réelle parce qu’il ne sait pas te dire merci et a conscience de son génie et de son intelligence (énervant, mmh ?). Alors qu’en fiction, les personnages cyniques sont de loin mes préférés ! J’aime les détester. En plus de ce côté humoristique, le film nous dévoile également les conditions de vie des homosexuels  (oui, Alan aime les hommes, et alors ?) et des femmes (oui, il y a une fille dans leur équipe de super-intelligents, et alors ?) dans les années 40-50. Je crois que c’est le fond du film qui m’a le plus plu. On se sert d’un fait d’Histoire réel pour en dévoiler aussi sur le fonctionnement de la société à cette époque là.

Et je ne vous parle même pas du jeu des acteurs qui est explosif (incompréhension totale, pourquoi Benedict Cumberbatch n’a pas eu l’Oscar?!).

Bref, ce film est (déjà) sûrement l’un des meilleurs que 2015 nous offrira !

One Reply to “The imitation game.”

  1. […] qui ne sont pas forcément écrits dans nos cahiers d’école. Un peu à la sauce de  » The Imitation Game » dont je vous avais déjà parlé il y a fort longtemps. Et c’est justement ce mélange […]

Leave a Reply