The good doctor.

the good doctor affiche lavienmots

Je vous avais brièvement parlé de la série “The good doctor” dans mon article sur “Ma vie en séries“.
J’ai donc enfin fini la première saison (et la seule pour le moment, d’ailleurs) et l’heure est donc au bilan !
Pour la petite histoire, je n’avais pas du tout entendu parler de cette série sur internet ni via la télévision. Non, j’ai juste vu une affiche un jour dans le métro et lorsque j’ai vu que Freddie Highmore, aka Norman Bates dans “Bates Motel” (pour rappel, cette série a vraiment été un coup de cœur), y campait le premier rôle, j’ai de suite voulu regarder !

the good doctor affiche lavienmots

Le speech


Shaun Murphy s’apprête à commencer son internat en tant que chirurgien dans un hôpital réputé de Californie. La particularité de ce jeune étudiant : Shaun est autiste.
Entre les chirurgiens qui ne veulent pas l’accepter au sein de l’établissement à cause de sa maladie et des risques que cela pourrait encourir pour l’hôpital, le président qui le défend et ses autres collègues internes, Shaun va devoir faire ses preuves et apprendre à gérer les patients et ses nouvelles relations sociales.

Ce que j’en ai pensé


Je dois dire que finalement, je ressors assez mitigée de cette première saison.
J’ai trouvé le scénario de base très prometteur et original : une série chorale médicale, à la sauce Grey’s anatomy (le côté guimauve en moins), avec cette audace de mettre comme personnage principal, une personne souffrant d’autisme. Il y avait donc tous les éléments pour que la série soit réussie !

Les premiers épisodes sont vraiment bien réalisés : on comprend les liens entre Shaun et le président de l’hôpital qui l’a fait entrer en internat. On comprend le mode de pensées du personnage principal, son pragmatisme et son intelligence sans limite. C’est très intéressant de se mettre à la place d’une personne atteinte de cette maladie. Je trouve qu’on parle peut de l’autisme alors que des milliers de personnes sont concernées, à des stades différents et de manières différentes. Ici, l’autisme de Shaun se rapproche du syndrome d’Asperger et donc, il communique difficilement et maladroitement et est doté d’une intelligence et d’une mémoire impressionnante.
C’est vraiment tout ce côté autour de sa maladie que j’ai adoré : d’un côté, Shaun a autant de connaissance qu’un chirurgien confirmé mais d’un autre côté, il a énormément de mal à entrer en contact avec autrui et notamment, avec les patients. Son pragmatisme le perd parfois car il a tendance à diagnostiquer ses patients sans filtres et sans empathie. Ce qui donne finalement, une touche humoristique à la série.
C’est un beau challenge de la part des réalisateurs et scénaristes que d’avoir écrit une série comme celle-là car malheureusement, dans la vraie vie, je doute que l’on laisse sa chance dans ce milieu à une personne étant atteinte d’une maladie “mentale”.

Par contre, et c’est le gros point négatif pour moi, la série ne va pas assez en profondeur par rapport aux personnages. On voit la volonté des scénaristes de raconter leur histoire, de créer des conflits, de leur inventer un passé mais je n’ai pas réussi à m’attacher à un seul personnage durant toute la saison, Shaun y compris.
Généralement, lorsque l’on accroche à une série, on arrive à s’identifier aux personnages et au bout de quelques épisodes seulement, nous sommes capables de dire “tel personnage est vraiment mon préféré parce que…”.
Et je n’ai pas réussi à me projeter de la sorte avec “The good doctor”, ce qui est vraiment dommage car pour moi, c’est l’essence même d’une série (plus qu’un film car la série dure plus dans le temps et demande plus d’investissement psychologique pour le spectateur… Véridique, j’ai appris cela durant mes études de communication 😉 ).

Pour moi, c’est vraiment le point noir de la série qui, sur papier, avait tout pour plaire. Les scénaristes ne vont pas assez en profondeur et donc, j’ai regardé toute la saison parce que je l’avais commencée mais je n’étais pas dans l’attente constante.
Même si le dernier épisode se termine sur un point d’interrogation, je ne sais pas encore si je regarderais la saison deux. Cela dépendra probablement des séries que j’aurais en cours à ce moment-là.

Néanmoins, “The good doctor” reste un bon divertissement, surtout si vous aimez les séries sur le thème médical. Freddie Highmore, comme à son habitude, joue excellemment bien, c’est décidément un surdoué du petit écran pour moi !

Connaissez-vous The Good Doctor ? Qu’en avez-vous pensé  ?

 

5 Replies to “The good doctor.”

  1. Coucou,
    je n’ai jamais entendu parler de cette série! Le sujet est très intéressant.
    Merci pour ton avis. J’essaierai d’en voir un épisode pour me faire une idée.
    Maryline

    1. Je te conseille d’en regarder plusieurs pour te faire une vraie opinion ! 🙂
      N’hésite pas à revenir ici pour me dire ce que tu en auras pensé 😉

  2. Tu resumes bien en fait, si on n accroche pas a l’histoire personnelle des différents protagonistes, je trouve qu’on n accroche pas a la série tout court…. Je ne connais pas du tout The good doctor par contre !

  3. Coucou,
    je ne connais absolument pas cette série, c’est bien même la première fois que j’en entends parler… Je te remercie d’ailleurs de nous faire partager ceci, en plus de ton avis qui est très intéressant sur le sujet. Je pense que, dès qu’une série aussi nouvelle soit-elle développe un côté innovateur (l’autisme ici présent), nous devenons de plus en plus critique et nous attendons vraiment quelque chose de plus qui l’a différencie des autres. Je regarderais pour pouvoir me faire ma propre opinion !

    Bisous à toi

    1. Oui je suis bien d’accord avec toi ! J’ai trouvé le sujet très osé et rempli de bagout mais j’ai vraiment été déçue par la manière dont les scénaristes traitaient les personnages, trop en surface. Après, c’est tout de même une série qui se laisse regarder et apprécier, sinon je n’aurais pas regarder la saison en entier ! 🙂
      J’espère qu’elle te plaira si tu te lances 😉

Leave a Reply