Nos années sauvages (K J Fowler).

Avec une mini semaine de retard, je vous souhaite une très belle année 2018 remplie de projets, d’amour et de jolis moments ! 🙂
Je vous reviens en forme avec un article lecture aujourd’hui ! C’est une de mes anciennes collègues de travail qui m’a tout simplement donné ce livre, sans aucune raison particulière. Juste pour le plaisir de partager une lecture qu’elle a aimé et j’ai vraiment été touchée par ce geste très simple mais rempli de gentillesse et de générosité 🙂
Je ne connaissais ni l’auteur, ni le roman et le conseil qu’elle m’avait donné était simplement de ne pas lire le 4ème de couverture de “Nos années sauvages” et de me laisser transporter dans l’aventure, tout comme elle l’avait fait !

Le speech: “Nos années sauvages” raconte l’histoire de Rosemary, une petite fille pleine de vivacité et très bavarde. Si bavarde que les membres de sa famille n’en peuvent plus…
Une famille tout ce qu’il y a de plus normal, à priori, jusqu’au jour où la sœur de Rosemary disparaît. Et jusqu’au jour où, après cette disparition, le frère de Rosemary s’en va on ne sait où… Et c’est à partir de ce jour-là que la petite fille arrêta totalement de parler… Jusqu’à aujourd’hui, puisqu’elle décide de nous raconter son histoire, finalement pas tant comme les autres…

Ce que j’en ai pensé : J’ai bien fait d’écouter ma collègue et de ne pas lire le 4ème de couverture car je ne m’attendais absolument pas à ce genre d’histoire…
Il s’agit d’une chouette histoire de famille, racontée avec beaucoup d’humour, de sarcasme et de tendresse. Cela peut paraître être un mélange bizarre mais le style passe très bien et est très facile et rapide à lire. La preuve, j’ai lu presque l’entièreté du roman dans le métro.
L’histoire met un peu de temps à démarrer et pour cause : Rosemary commence son histoire par le milieu, lorsqu’elle est étudiante à l’université, milieu des années 90. Elle parlera ensuite de son enfance, l’étape la plus importante pour comprendre pourquoi sa famille est si spéciale et hors du commun (je vous laisse la surprise. Comptez une centaine de page avant d’être sous le choc !).

“Nos années sauvages” peut paraître par moment assez décousu mais en y réfléchissant après lecture, je trouve que ce style d’écriture décrit finalement assez bien la vie de famille du personnage clé.

Sans trop rentrer dans les détails (no spoiler alert), ce livre dénonce aussi un gros point noir de notre société : l’emprisonnement des animaux, les tests faits sur eux et la manière dont ils sont traités en laboratoire. Pour l’auteure, Karen Joy Fowler, c’est une bonne manière de mener son combat puisque la majorité des faits relatés arrivent de manière quotidienne et ce, partout sur notre Terre…

Je vous avoue qu’il est assez difficile d’écrire une critique sur ce livre car j’ai vraiment envie que vous viviez le roman comme je l’ai vécu, c’est-à-dire, sans aucune information en main. Vous n’en apprécierez que plus la lecture, je vous le promets ! 😉

J’ai passé un bon moment en lisant “Nos années sauvages”. Je dois tout de même avouer qu’il ne s’agit pas (pour moi du moins) du meilleur roman du siècle. Il se laisse lire, le lecteur se laisse guider par les personnages mais le livre n’a rien d’exceptionnel pour autant. Si ce n’est, comme dit plus haut, d’un style d’écriture plutôt déconcertant…

Connaissez-vous ce livre ? Qu’en avez-vous pensé ? 🙂

One Reply to “Nos années sauvages (K J Fowler).”

  1. nop… je ne connais pas, mais ta critique donne envie

Leave a Reply