Ma vie d’expatriée #3 : la langue.

histoire expatrie lavienmots

Je n’ai pas publié la semaine dernière et je m’en excuse ! Mais, j’étais en Belgique pour une semaine et j’ai vécu ces 7 jours à 1000 à l’heure, je n’ai pas eu le temps de venir par ici ni même de penser au blog !
Je vous retrouve donc aujourd’hui avec un article un peu spécial puisqu’il fait partie du rendez-vous #HistoireExpatriée initiée par la blog L’Occhio di Lucie.
Le principe est simple : une fois par mois, un parrain ou une marraine est sélectionné pour choisir le thème du mois. Cette fois-ci, c’est Estelle la marraine et elle a choisi la langue comme thème.
J’avais donc envie de vous donner des conseils pour apprendre la langue de votre pays d’expatriation, si vous comptez partir à l’aventure prochainement ! C’est aussi l’occasion pour moi de faire le bilan par rapport au portugais et de me donner des conseils à moi-même puisque dans un mois, je quitte définitivement le Portugal pour aller vivre à Madrid (je ne parle pas espagnol) ! J’aurais l’occasion de vous expliquer ce nouveau choix de vie une fois que je serai installée en Espagne 🙂

histoire expatrie lavienmots4 conseils pour apprendre une langue en tant qu’expatrié


Prendre des cours

Ce conseil peut vous paraître tellement logique et pourtant, une fois sur place, il vous faudra faire toutes les démarches et avoir le courage d’être assidu !
Plus vite vous en prendrez en arrivant, plus vite vous serez à l’aise avec la langue de votre nouveau pays et croyez-moi, c’est primordial ! 🙂

Me concernant, j’ai eu l’occasion d’en prendre quelques uns il y a de cela plus d’un an. Mais, avec un 40h/semaine, le rythme était trop effréné pour moi et j’ai abandonné… Avec le recul, je me rends compte que ce fut une grosse erreur ! Si j’avais continué, je suis sûre qu’aujourd’hui, je pourrais avoir une vraie conversation en portugais. Et oui, car même après presque trois ans ici, je ne parle pas couramment le portugais.

Si votre entreprise vous en offre, saisissez votre chance et prenez-en ! Si pas, pas de panique : essayez de trouver un particulier ou une école de langues. N’hésitez pas aussi à chercher des tables de conversation, cela vous permettra également de faire de nouvelles rencontres !

Se forcer 

C’est peut-être l’étape la plus difficile et pourtant, elle est nécessaire.
Si vous parlez anglais, essayez de le mettre de côté le plus souvent possible et pratiquez votre nouvelle langue d’adoption ! Même si les débuts seront probablement houleux, n’ayez pas peur du ridicule et essayez !
J’avais tendance à essayer de parler portugais dans les restaurants et autres lieux publics. Mais bien souvent, on me demandait de répéter #accentpourri, ce qui me vexait énormément à l’époque ! A cause de mon égo mal placé et de mon impatience, je passais directement à l’anglais sans réfléchir. Et au final, c’est la pire des choses à faire. C’est normal qu’on ne vous comprenne pas directement, surtout si vous apprenez sur le tas. Mais persistez et vous verrez, vous n’en verrez que les bénéfices. Au bout d’un certain temps, vous serez même capable d’expliquer aux locaux que vous vivez dans le pays et que vous souhaitez apprendre. Ils en seront hyper fiers et heureux et essayerons d’échanger avec vous.

Essayez d’apprendre par vous-même aussi, surtout dans les lieux publics.
Par exemple, si vous vivez dans un endroit touristique, au restaurant, demandez toujours le menu dans la langue du pays et non pas en français ou en anglais.
Au supermarché, essayer de lire toutes les étiquettes et les emballages (la nourriture, c’est la base!).
Pour l’anecdote, lors de mes premières semaines au Portugal, lorsque je devais acheter des fruits et légumes et les peser, au lieu de retenir le code, je retenais le nom de mon aliment et le tapais sur la balance. Après quelques temps, je connaissais le nom ET la prononciation de quasi tous les fruits et légumes.

Essayez également de regarder du contenu dans votre nouvelle langue. En commençant par exemple avec un film en VO sous-titré français, puis les sous-titres dans la langue de votre nouveau pays. Lisez la presse locale, écoutez la radio, écoutez les gens autour de vous. Vous apprendrez beaucoup de vocabulaire en peu de temps de cette manière 🙂

Mélangez vous aux locaux

Ma plus grosse erreur en arrivant au Portugal : rester avec mes collègues français constamment. Mon premier travail ici était dans un environnement international mais mon équipe était composée uniquement de francophones. J’ai donc vite pris l’habitude de sortir avec eux, d’aller boire des coups après le travail avec eux, je me suis liée d’amitié avec certains d’entre eux, etc. Alors, c’est super de bien s’entendre avec ses collègues mais… Et la langue dans tout cela ?

Essayez, dès votre arrivée, de rencontrer des locaux et cela, pour deux raisons : la première, la langue évidemment. Et la deuxième, afin d’en apprendre plus sur votre nouveau pays et sa culture. En tant qu’expatrié, vous n’êtes pas en vacances et donc, je trouve cela primordial de se rattacher à la culture de votre nouveau pays d’adoption.
Par exemple, essayez de vous inscrire dans des activités où vous trouverez beaucoup de locaux (un cours de yoga, une master class, etc). Il existe aussi bon nombre de groupes Facebook pour rencontrer des personnes dans votre pays d’adoption. Ou encore, inscrivez-vous sur des applications créés à cet effet (MeetUp, par exemple).

Il y a un an, j’ai changé de travail. Je dois toujours y parler français mais 95% de mes collègues sont portugais. Et je peux vous assurer que le simple fait des les entendre parler entre eux toute la journée m’a beaucoup aidé dans ma compréhension. Ils m’ont aidé aussi à parler un peu plus et à améliorer ma prononciation. Rien de tel donc que d’être avec les locaux 🙂

Avoir confiance en soi

D’un point de vue psychologique; c’est peut-être le conseil le plus difficile à mettre en place.
J’ai vraiment l’impression que l’être humain se met sans cesse des barrières par peur du ridicule. Or, jusqu’à preuve du contraire, le ridicule ne tue pas (on m’aurait déjà enterré depuis longtemps sinon) !

Ne doutez pas de vos capacités, essayez et essayez encore. Des erreurs, vous en ferez, c’est certain ! Mais c’est aussi grâce à elles que vous apprendrez.

J’ai eu tendance à me mettre beaucoup de barrières et c’était encore le cas il y a quelques mois de cela : je parlais trop vite anglais sans essayer le portugais, je n’osais pas commander au restaurant si bien que je n’articulais pas tellement j’étais gênée et fatalement, on ne me comprenait pas ! Et puis, je me suis rendue compte qu’il fallait que je m’affirme et après coup, ça marche ! Des fois même un peu trop car certaines personnes voient que je me débrouille et du coup, me parlent trop et trop vite #calmdown !

Je pense que je me rappellerai toujours le jour où une de mes collègues bilingue français-portugais m’a dit, lorsque je devais dire certains mots en portugais : n’hésite pas comme ça sur les mots, aies confiance en toi, tu parles bien et tu as une bonne prononciation ! Ses paroles m’ont beaucoup rassurées et depuis, j’essaye vraiment d’avoir plus confiance en moi !

J’espère que ces petits conseils vous aideront si vous êtes sur le point de partir dans un nouveau pays dont vous ne parlez pas la langue ! Pour ma part, cet article m’aura vraiment servi de leçon et j’essayerai d’appliquer mes propres tuyaux pour ma nouvelle vie à Madrid !

Et vous, quels sont vos conseils pour apprendre une langue ?


Voici d’autres articles du rendez-vous d’histoires d’expatriés :

16 Replies to “Ma vie d’expatriée #3 : la langue.”

  1. Très bons conseils ! Se mélanger, oser, rompre les barrières psychologiques… souvent, il s’agit de se forcer à aller contre la facilité, ce qui est difficile, et fatiguant au début, surtout si on a une personnalité plutôt timide (comme moi qui suis extrovertie mais doublée d’une timidité de base et d’une compétence sociale assez moyenne lol)
    Merci pour ton article !

    1. En effet, c’est le plus difficile, timide ou pas je pense mais une fois qu’on s’est prouvé à soi-même qu’on en était capable, ça devient très facile de parler aux gens, ne serait-ce que pour demander où se trouve les pâtes au supermarché !

  2. Je n’ai pas prévu de partir dans un autre pays mais j’ai lu avec une grande attention ton article car il est aussi valable, je pense, pour des voyages. C’est vrai que nous français, nous ne sommes pas connu dans le monde entier pour maîtriser d’autres langues que la nôtre… Et je pense que nous devons faire des efforts. Par exemple, ton conseil de s’intégrer dans la population est vrai. Perso lorsque je vais dans un pays étranger, je fais en sorte de trouver un logement dans un quartier non touristique. Ainsi nous sommes au milieu des locaux et nous apprenons plusieurs mots de vocabulaire en seulement quelques jours.

    1. Oui tu as raison, je pense que tous les conseils que je donne sont applicables aussi pour des voyages et des vacances. Je trouve ça super important, en tant que touristes, d’apprendre ne serait-ce qu’à dire “bonjour” et “merci” dans la langue du pays que l’on visite 🙂

  3. Merci pour ces conseils, l’idée de lire les étiquettes des aliments est top ! Je le fais déjà par simple curiosité dès que je voyage à l’étranger et j’ai pu apprendre quelques petits mots ici et là grâce à ça 😉

    1. Oui, cela peut paraitre tout bête mais j’ai appris la majeure partie des aliments de cette façon ! 🙂 (et avec Google traduction aussi j’avoue haha)

  4. De très bons conseils que je n’ai pas tous respecté quand j’étais en Pologne. Du coup, mon niveau n’est pas top haha. Mais je compte y remédier 🙂 Bonne continuation en Espagne alors !

    1. Haha moi non plus, ne t’inquiète pas ! Mais je vais vraiment essayer de les mettre en place en Espagne 🙂 Merci pour ton passage !”

  5. De très bons conseils qui peuvent aussi servir en tant que touristes de longues durés

  6. Très bon conseils ma belle je penserai à toi si je pars au Portugal !
    Bisous
    Rachel

  7. Super article! De très bons conseils, merci beaucoup 🙂 Je suis partie presque trois mois en Hongrie en échange érasmus au début de l’année et je voulais vraiment essayer d’apprendre la langue, dommage que l’échange soit terminé maintenant…. Le plus difficile c’était quand mes camarades de classe hongrois voulaient que je leur montre les mots que j’avais appris et que j’avais peur qu’ils ne comprennent pas ce que je disais. Au final, pas du tout, ils étaient très bienveillants. Il faut se forcer un peu mais ça vaut le coup et c’est comme ça qu’on progresse!

    1. Oh ça doit être assez difficile le hongrois, non ?
      Et oui, on a toujouts tendance à penser que les gens nous jugeront ou se moqueront mais en fait, ils sont bien plus bienveillants que ce l’on pense ! 🙂

  8. Merci pour cet article bien complet ! Tu cites tous les conseils que je donnerais. Je suis d’accord avec toi, on tombe vite dans le piège de rester avec des français… Et il faut parfois dépasser ses peurs pour aller s’inscrire ne serait-ce qu’à une salle de sport ! Dommage que tu ne parles pas encore couramment le portugais après 3 ans d’expatriation mais pourquoi pas l’étudier plus tard ? Tes connaissances ne seront jamais perdues et t’aideront pour l’espagnol 🙂

    1. C’est vrai que je me sens un peu honteuse de ne toujours pas bien le parler, c’est pour ça que j’ai vraiment envie de fonctionner différemment pour ma future vie en Espagne 🙂
      Et je me suis rendue compte que le portugais aidait déjà un peu à ma compréhension en espagnol !
      Merci pour ton passage 🙂

  9. […] Morgane, Lisbonne, Portugal – La vie en Mo(ts) […]

  10. […] de mes limites. Je vous en avais d’ailleurs déjà parlé dans mon article consacré à la langue de mon pays d’adoption (le Portugal, à ce […]

Leave a Reply