2 séries françaises : Hippocrate & Mixte.

En ce moment, les séries françaises ont la cote ! Ces dernières semaines, j’ai eu l’occasion d’en découvrir deux et ce, pour mon, plus grand plaisir : Hippocrate, une série Canal + (que j’ai vu sur Zuny, l’opérateur low-cost de Voo en Belgique) et Mixte, une série Prime Video.

Hippocrate : de quoi ça parle et ce que j’en ai pensé


hippocrate-lavienmots

Hippocrate met en scène des médecins en internat qui se retrouvent confrontés à eux-mêmes lorsqu’une quarantaine est signalée dans l’hôpital. Ensemble, ils vont devoir gérer les patients tout en continuant leur formation.

J’ai été bluffée par l’univers de cette série médicale, bien qu’il m’ait tout de même fallu 2-3 épisodes pour accrocher à 100 %. Le message principal d’Hippocrate vise à dénoncer l’état français et le manque d’argent et de financement pour les hôpitaux publics. Sans moyen et sans supervision, les internes vont être menés à rudes épreuves pour s’en sortir et sauver des patients.

Ce que j’ai préféré avec Hippocrate, c’est le réalisme du scénario et des plans. A l’opposé des célèbres « Grey’s anatomy », « The Good Doctor » ou encore, « Urgences », la mise en scène de ce petit bijou français est très sobre. De la lumière tamisée aux décors qui mettent en avant un hôpital ayant peu de moyens, tout est filmé dans la subtilité et la dénonciation d’un système rempli de failles.

Toujours à l’inverse de ses concurrentes américaines, il n’y a aucun drama dans Hippocrate. Non, les internes ne jouent pas les psychologues avec leur patient, ni ne rabibochent des couples et des familles éclatées. La série nous montre la vraie vie des médecins et sincèrement, un peu de réalisme fait beaucoup de bien. D’ailleurs, ce fameux réalisme est très bien représenté grâce aux nombreux gros plans des personnages principaux, qu’il s’agisse des médecins ou des patients. Grâce à cela, le spectateur est vraiment au cœur de l’intrigue et de l’hôpital et la dimension humaine de la série n’en est que renforcé.

En plus de ce pragmatisme, j’ai adoré le casting 5 étoiles de la série : Louise Bourgoin, Alice Belaïdi, Karim Leklou et, en saison 2, notre Bouli Lanners national (liégeois de surcroit, hèhè).

Le seul point noir d’Hippocrate selon moi, c’est le manque de profondeur sur la vie des personnages principaux. Le scénario nous dévoile quelques parcelles de leur vie privée mais reste toutefois trop timide. A force de nous montrer des bribes de leur vie, on a envie d’en savoir plus mais malheureusement, tout reste en surface. Dans ces cas-là, je trouve que si ce n’est pas dans l’intention du réalisateur de nous parler de la vie privée des résidents de l’hôpital, il ne faut même pas y inclure un morceau dans les épisodes.

Je sais qu’une saison 3 est prévue et il me tarde vraiment de la découvrir tant j’ai aimé le réalisme et la qualité du scénario des deux premières ! 🙂

Mixte : de quoi ça parle et ce que j’en ai pensé


mixte-lavienmots

Mixte nous plonge dans les années 60 à la découverte du premier lycée mixte et de que ce grand changement a impliqué. J’ai adoré l’univers de cette série : les costumes, les décors, la bande originale de la série, tous les ingrédients sont rassemblés pour nous immerger dans l’univers sixties.

En plus de cela, Mixte dénonce de multiples inégalités présentes à cette époque là (et malheureusement pour certaines, toujours d’actualité) : le fait que de nombreuses personnes considéraient que les jeunes filles n’avaient pas leur place sur les bancs de l’école, l’homosexualité, l’avortement, le racisme envers les pieds noirs d’Algérie,…

A la fois drôle et rebelle, enivrante et émouvante, Mixte reste une série très rythmée où on en apprend beaucoup sur ce changement majeur dans l’histoire du féminisme ainsi que sur le système scolaire français. Parce que oui, ce fût une véritable bataille pour que les filles soient acceptées à l’école, comme on peut le voir à travers les épisodes. D’ailleurs, la série montre que dans le corps professoral, même certaines professeurs refusaient catégoriquement que les filles se joignent aux garçons (vive la solidarité féminine, n’est-ce pas ?).

Je vous parlais plus haut de l’ambiance propre aux années 60, notamment à travers la musique. Mais ce qui fait de Mixte une série moderne malgré tout, c’est le décalage musical, notamment en début et en fin d’épisode puisque les réalisateurs ont pris le parti d’intégrer de nombreux morceaux de rock actuel (les Babyshambles, par exemple). Et bizarrement, ces sons collent parfaitement avec l’ambiance de la série et appuient davantage sur l’adolescence rebelle bien retranscrite durant les épisodes.

Pour mon plus grand bonheur, j’ai appris qu’une saison 2 était en cours de préparation. Je ne sais pas quand elle sortira mais il me tarde déjà de la découvrir ! 🙂

Connaissez-vous Hippocrate et Mixte ? Les avez-vous aimées ?


Envie de découvrir d’autres séries françaises ?

2 Replies to “2 séries françaises : Hippocrate & Mixte.”

  1. Je connaissais pas mais du coup j’ai très envie de regarder « Mixte ». Merci pour la découverte ! 😊

    1. Elle est vraiment très chouette, tu verras ! 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.